Proto-Indo-Européens Rédaction


...Début des Proto-Indo-Européens Rédaction...

.Les Proto-Indo-Européens (PIE) étaient, selon la thèse la plus souvent admise, la population locutrice du proto-indo-européen, une langue préhistorique reconstituée de l'Eurasie. La connaissance de ce peuple vient principalement de la reconstruction linguistique, mais aussi de la génétique. ..Il aurait diffusé sa langue, sa culture, ses codes et ses croyances à la quasi-totalité des peuples de l'Europe actuelle (Baltes, Celtes, Germains, Grecs, Latins et Slaves) et certains peuples d'Asie (Perses, Kurdes, Ossètes, Pachtounes et autres peuples iraniens, Indiens, Arméniens etc.). ..Dans la littérature scientifique, les locuteurs de l'indo-européen commun sont habituellement désignés sous le terme d'Indo-Européens,,,,. Toutes les langues se sont développées à partir d'autres qui les ont précédées, et l'indo-européen commun ne fait pas exception. Ainsi, Antoine Meillet, dès 1909, faisait remarquer que l'indo-européen n'était que la forme prise par une langue encore plus ancienne, qui était passée par d'autres stades plus anciens. L'indo-européen commun est une langue relativement récente, qui recèle des vocables concernant la poterie, l'élevage, l'agriculture, des terminologies ayant trait aux produits dérivés du lait, à la laine, aux textiles, à la roue, au joug, à la charrue et au cuivre.


...Milieu des Proto-Indo-Européens Rédaction...

Tout en ayant des traits indo-européens évidents, de par sa morphologie, cette langue, disparue depuis 3 000 ans, présente de nombreuses originalités en n'ayant pas de distinction entre le masculin et le féminin mais seulement entre les êtres animés et les êtres inanimés, ce qui devient le neutre. De fait, la plupart des analystes considérèrent, à cause de son ancienneté, que le hittite et d'autres langues anatoliennes éteintes descendraient non de l'indo-européen mais d'un proto-indo-européen, antérieur à l'indo-européen, qui est reconstitué par les méthodes comparatistes ou, pour le moins, se seraient séparées du tronc commun bien avant les autres branches de la famille. ..Ainsi, selon Norbert Oettinger, le proto-anatolien doit être daté au plus tard du XXIVe siècle av. J.-C.. Les ancêtres des Proto-Anatoliens se sont, selon toute apparence, séparés très tôt, longtemps avant l'arrivée en Asie mineure de leurs parents indo-européens ..D'autres recherches tentent de déterminer le lieu d'origine du proto-indo-européen en étudiant les racines conservées par un maximum de langues dérivées, de telle sorte que l'on puisse savoir quels végétaux et/ou quels animaux étaient connus des Proto-Indo-Européens. Là où se trouvent ces plantes et ces organismes se trouvent aussi les lieux où ce peuple aurait vécu. Par le même type de raisonnement, on essaie de reconstituer les éléments de leur culture matérielle primitive.


...Fin des Proto-Indo-Européens Rédaction...

..Plusieurs études génétiques réalisées depuis 2009, dont la première étude systématique paléogénétique de l'ADN des populations préhistoriques européennes publiée en 2015, semblent confirmer l'hypothèse kourgane. Une migration très importante s'est produite depuis les steppes pontiques vers le centre de l'Europe, puis les autres parties de l'Europe, autour de 3000 av. J.-C., en particulier de la culture Yamna vers le centre de l'Europe, qui a donné la naissance de la culture de la céramique cordée. Ces deux cultures jouent un rôle central dans l'hypothèse kourgane. Cette étude est considérée comme un tournant majeur dans l'étude de la préhistoire européenne. ..Toutefois, en 2018, le généticien David Reich, professeur de la Harvard Medical School, auteur des principales études réalisées sur l'ADN ancien depuis les années 2010, écrit dans son dernier ouvrage que, selon lui, l'origine la plus probable des Proto-Indo-Européens se situerait, non pas dans la steppe pontique, mais plus probablement dans le sud du Caucase. ..De même, pour Russell Gray (en), directeur du département d'évolution culturelle et linguistique de l'Institut Max-Planck, « selon nous, la meilleure hypothèse est celle qui réunit des données génétiques et linguistiques.


Embaucher un Écrivain Login et Télécharger 1141 mots (2,9 pages)

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez?

Nous écrirons pour vous un essai sur un sujet donné pour 3 heures

Commandez!

Our Services

Ajouter Votre commentaire

Essais connexes

Indo-européen commun Rédaction

Malgré tout, ces textes ont le mérite de donner une impression de ce à quoi un énoncé cohérent en indo-européen pourrait ressembler.Mais les ressemblances de structure générale qu'on observe entre les langues indo-européennes actuellement parlées proviennent d'innovations parallèles et indépendantes plutôt que de la conservation du type indo-européen...L'indo-européen commun reconstitué n'est pas du tout un ordre figé et originel, le matériel reconstitué se situe sur différents plans chronologiques.Ainsi, les « élargissements », d'anciens suffixes qui apparaissent à la fois à la suite de racines verbales et nominales sans qu'on puisse en déterminer le rôle.Mais le modèle est pauvre et peut être contredit.


4497 mots (11,2 pages)
Linguistique comparée Rédaction

..(Liste non exhaustive) .Le postulat principal est le suivant : si, dans des langues A, B, C, et D qu'on sait génétiquement liées, on retrouve par comparaison une caractéristique donnée (lexicale, morphologique, phonétique, etc...Parmi les principales familles de langues étudiées par la linguistique comparée, on peut citer les langues indo-européennes, afro-asiatiques, sino-tibétaines, nigéro-congolaises ou encore austronésiennes, qui forment de très vastes familles.La linguistique comparée des langues indo-européennes est, de loin, la plus développée...Bien évidemment, la reconstruction des langues-mères permet de confirmer l'existence des familles de langues, et inversement.


953 mots (2,4 pages)
Génétique et linguistique dans la transition mésolithique-néolithique

La co-évolution des gènes avec le langage et certains traits culturels à évolution lente, ensemble soutient et complète le modèle standard de l'évolution génétique.Les données sur divers types de variation de l'ADN dans les populations humaines se sont rapidement accumulées.Les bovins et les porcs descendent du nord-est, mais les porcs descendent d'une combinaison de domestication du nord-ouest.Les marqueurs haploïdes de l'ADN mitochondrial et du chromosome Y se sont avérés inestimables pour générer un modèle standard pour l'évolution des humains modernes.ADN ancien NIa très rare en Europe, haplotype, exemple que les lignées meurent et que toutes les colonisations ne fonctionnent pas.


2752 mots (6,9 pages)
× Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En continuant, nous supposerons que vous êtes d'accord avec notre politique de cookies

Connectez-vous avec les médias sociaux